Invitée à un (2, 3…) anniversaire(s)

0

Hello c’est Marie-So,

L’été approche et les fêtes d’anniversaire pleuvent (petit jeu de mots s’il vous plait).

L’année dernière, nous avions été épargnés (Clem devait être trop petite…). Cette année, je passe mes week-ends à acheter des cadeaux et amener Clémence aux goûters d’anniversaire. La vérité : ça fait plaisir. On se dit que notre enfant est apprécié par ses petits camarades. Cerise sur le gâteau (d’anniversaire, on continue avec les jeux de mots), c’est une activité de moins à trouver pour occuper nos enfants le week-end. Devenant une experte, j’ai donc mené une étude approfondie sur les goûters d’anniversaire. 

Trois points sont ressortis de cette analyse (je suis à fond là) : la durée, le jour et les parents.

LA DUREE

Le plus souvent, il faut compter deux à trois heures. Franchement deux heures c’est un peu court ; surtout si comme moi, vous laissez votre enfant et vous filez faire du shopping. Entre le temps de dire bonjour, de rester 10 minutes (par politesse), puis repartir, se garer… à nous les 45 minutes de détente. Et encore, c’est sans compter si votre enfant ne pleure pas dans vos bras pour que vous restiez. Vous serez d’accord avec moi, 3 heures c’est tout de même beaucoup plus sympa (je pense aussi aux enfants (smiley)).

LES JOURS

Généralement, le choix se fait entre le mercredi, le samedi ou le dimanche. Le mercredi, ce n’est pas le plus simple pour ceux qui travaillent en semaine. Jusque là, Clémence n’a pas pu y participer. C’est peut être une astuce des parents pour avoir moins d’enfants à gérer… (note pour plus tard, organiser l’anniversaire de Clémence ce jour là). Le samedi, rien à dire. Le dimanche reste mon coup de coeur. Les routes sont « fluides », aucun problème pour se garer – C’est l’excuse parfaite pour éviter les repas de famille – Enfin, c’est l’occasion de profiter tranquillement des magasins ouverts ce jour là (chez nous, il y en a beaucoup).

LES PARENTS

Il y a ceux qui restent et les autres (comme moi). Le choix s’offre à nous : discuter avec les parents avec un large sourire ou partir ! Il est vrai que je culpabilise (2 secondes max) quand j’embrasse ma fille. Je me rassure en voyant les parents, un peu gênés, sans sujet de conversation… Et moi, debout, avec les effets secondaires de la soirée qui se font ressentir (cernes, envie de manger gras, de dormir… la liste est longue). Je vous laisse imaginer mon enthousiasme à rester…

Avec tous ces anniversaires, je deviendrai « presque » un guide d’organisation d’anniversaire et d’achat de cadeaux. C’est pourquoi, je travaille actuellement sur divers articles afin de vous faire part de mes petites astuces et bons plans.

En attendant, racontez nous quels parents d’anniversaire êtes vous?

 

Share.

Laisser un commentaire